Paysages néo - mystiques 

Depuis la conquête espagnole, l’Amérique latine connaît un problème ancré d’identité qui perdure jusqu’à nos jours, dû aux codes occidentaux qui nous ont été imposés au cours de notre histoire via la religion, les politiques économiques ou la manipulation des masse médias.

 

Un des effets post-conquête est notamment le développement d’un racisme profond entre les différentes classes ethniques basé sur les différents niveaux de métissage et les origines indigènes ou afro-américaines. Ressembler à « un blanc » assure une supériorité socio-politique et des opportunités plus grandes d’ascension sociale, d’accès à l’emploi, à l’éducation, et donc au pouvoir.

 

La négation de la moitié de notre origine, notre hérédité indigène, se ressent sur le continent où le mot « indien » est utilisé comme une insulte. Certaines personnes vont jusqu’à changer leur nom d’origine indigène par des noms espagnols, en particulier dans la partie andine, ancien territoire Inca, ainsi que dans certaines régions de l’Amérique centrale, ancien territoire Maya et Aztèque.

 

L’idéologie politique de gauche implantée en Amérique Latine depuis le début du XXème siècle tend à revendiquer cette demi origine afin d’aider le continent à rééquilibrer son rapport à l’identité et à l’histoire.

 

 

Cette exposition propose une théorie utopique qui imagine une génération future de latino- américains, qui, dans un système d’éducation évolué, créeront des nouveaux systèmes révolutionnaires idéologiques qui permettront de rendre hommage et d’insister sur l’importance de notre histoire, afin de construire une société plus juste.

 

Suivant cette utopie, je propose une série de paysages que j’appelle « mystiques », en rapport aux formes religieuses ancestrales liées à la nature et aux astres, en particulier aux volcans qui sont omniprésents et qui composent la chaîne montagneuse de la Cordillère des Andes.

 

Le deuxième axe de ce projet consiste en la construction de temples de pèlerinage le long de la Cordillère, basés sur la Chakana, le symbole géométrique le plus ancien de la région andine, formé d’une croix carrée et échelonnée à 12 pointes au centre de la laquelle se trouve un cercle, qui symbolise leur système mythologique et qui avait également le statut de calendrier et d’organisation géographique en rapport aux astres et au territoire andin.

 

Ces temples, dont la construction est influencée par l’architecture contemporaine, se proposeront d’être des lieux d’offrande à la culture, plus que des lieux de cérémonies ou de vénérations théâtrales en l’hommage des anciens dieux. Les offrandes seront des oeuvres d’art, et des expositions auront lieu dans ces temples culturels ainsi que des représentations scéniques et des concerts de musique expérimentale. Tandis que le pèlerinage qui mènera à ces temples sera une pérégrination culturelle. 

1/1

© 2023 par JEAN KANT / créé avec Wix.com

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic